Un monde de paix
Benoit Hamon
0 VOTES • 0 VUES


La France restera attachée à l’ORGANISATION DES NATIONS UNIES (ONU). Loin de l’unilatéralisme et de la brutalité esquissés par la Russie de Vladimir Poutine, la Chine de Xi Jinping ou les États-Unis de Donald Trump, elle défendra une autre vision en Syrie, en Ukraine, au Sahel et partout dans le monde.

Pour allier développement et sécurité, droits humains et nouvelles règles commerciales, la France nouera ou consolidera, en Asie, dans le Pacifique et dans les Amériques, des PARTENARIATS FÉCONDS avec les États amènes. Je préserverai les politiques internationales qui s’inscrivent dans notre vision du monde, juste et humaniste (accord de Paris sur le climat, Cour pénale internationale, accord sur le nucléaire iranien).

Pour favoriser la coexistence de deux États vivant en paix et en sécurité, JE RECONNAÎTRAI L’ÉTAT PALESTINIEN aux côtés de l’État d’Israël.

J’inscrirai notre AIDE PUBLIQUE AU DÉVELOPPEMENT dans une trajectoire de 0,7 % du revenu national brut. Je porterai nos subventions à un milliard d’euros par an à partir de 2020, financées notamment par l’élargissement de la taxe sur les transactions financières. La France accompagnera les transitions avec nos partenaires d’Afrique, en Méditerranée et au Sahel.

Pour développer la COOPÉRATION MILITAIRE ET DIPLOMATIQUE, je ferai en sorte que notre action militaire et nos sanctions soient largement appuyées par les partenaires européens et régionaux concernés. Au-delà des interventions, notre diplomatie déploiera une action politique et civile déterminée et efficace.

Pour un monde durable et vivant, je m’emploierai à GARANTIR LA MISE EN ŒUVRE DE LA COP 21 et les objectifs de développement durable, y compris dans les lois de finance.

La France prendra une initiative internationale et proposera la création d’un OFFICE MONDIAL DES BIENS COMMUNS chargé de leur définir un statut juridique international : l’air, les eaux, l’espace et la biodiversité.

L’essentiel des migrations internationales ne se fait pas selon un axe Sud-Nord, mais selon un axe Sud-Sud. J’agirai sur les deux volets. Dans les régions fragiles ou à forte mobilité, j’œuvrerai en faveur de l’accompagnement des migrations intra-régionales. En Europe, j’instaurerai un VISA HUMANITAIRE pour l’accueil des réfugiés, et l’expérimentation de nouvelles formes de circulation permettant une fluidification des allers-retours pour les migrations de travail. Je soutiendrai une révision du règlement de Dublin fondée sur les valeurs d’accueil et de solidarité entre les États de l’Union européenne.

Parce que notre vision du monde ne s’arrête pas aux seuls États, j’associerai les acteurs de la SOCIÉTÉ CIVILE, notamment les organisations non gouvernementales (ONG), à la construction de notre politique étrangère.

Parce que partager une même langue est un atout exceptionnel, culturel, scientifique et économique dans le monde d’aujourd’hui, je DÉFENDRAI LA FRANCOPHONIE. Pour cultiver le sentiment d’appartenance à la francophonie, je proposerai un visa francophone pour les étudiants, les chercheurs, les chefs d’entreprise et les artistes. 

Pour garantir la sécurité et la confiance dans le monde numérique, je proposerai un accord international pour la protection des données personnelles et la NEUTRALITÉ DU NET, qui scellerait les engagements des États, des acteurs économiques et de la société civile. Je prendrai, à cet effet, l’initiative d’un sommet en France dès 2018.

Pour que le monde numérique tienne ses promesses d’émancipation et de progrès démocratique, je m’emploierai à assurer la protection des intérêts de la nation, en développant nos capacités de CYBERDÉFENSE. Je soutiendrai le logiciel libre, qui contribue à notre souveraineté numérique.

Pour continuer à accompagner nos 2,5 millions de COMPATRIOTES ÉTABLIS À L’ÉTRANGER qui participent activement au rayonnement de notre pays dans le monde, je proposerai un service public de qualité à l’étranger.


POUR
CONTRE