Ouvrir la haute fonction publique et la mettre au service de la réforme
FRANCE 2022
1 VOTES • 0 VUES


– Faire évoluer très substantiellement le système de préparation aux concours des grandes écoles de la fonction publique, afin d’ouvrir le vivier de candidats et sortir de l’endogamie.

– Faciliter les recrutements en cours de carrière, sans concours et tenant compte de l’expérience professionnelle.

– Renforcer la formation continue des hauts fonctionnaires, notamment aux compétences managériales.

– Assouplir les conditions de rémunération, comme élément de reconnaissance de la performance et d’attractivité par rap- port au privé.

– Élargir l’obligation de mobilité : subordonner l’accès aux fonctions de direction à l’accomplissement d’une mobilité dans une autre fonction publique, dans la fonction publique internationale ou européenne, ou dans le secteur privé.

– Faciliter les mobilités croisées public-privé en permettant dans certaines limites une conservation de la rémunération et en prévoyant une reconstitution de carrière pour des fonctionnaires en disponibilité qui retournent dans le public.

– « Remettre de la politique dans la politique » en dé-technocratisant les cabinets et en réinstaurant un dialogue direct entre le ministre et son administration : limiter drastiquement les effectifs des cabinets ministériels : 10 collaborateurs pour les ministres. Sans autoriser aucun « officieux ».


POUR
CONTRE