Anticiper les futures révolutions numérique, biotechnologique et génomique
FRANCE 2022
2 VOTES • 0 VUES


Le numérique et les percées scientifiques exigeront de :

– Se saisir dès qu’elles sont matures des technologies améliorant la qualité et la sécurité des soins et l’efficience globale.

– Accélérer la diffusion des technologies numériques (big data, réalité augmentée, cloud, Internet des objets...). En particulier, pour améliorer :

• le suivi du dossier médical et la connaissance des parcours patients ;

• l’épidémiologie ;

• la lutte contre la fraude (utilisation des technologies big data) ;

• l’optimisation opérationnelle : le suivi à distance des malades, le suivi personnalisé, les personnes âgées, le dossier médical partagé, etc. ;

• la recherche : nouveaux essais cliniques, médecine personnalisée, médecine liée au séquençage du génome, etc.

– Lancer la numérisation des données médicales.

– Accélérer les diagnostics largement assistés par ordinateur (ce qui va faciliter la détection et le traitement des problèmes « atypiques » ou rares, généralement sous‐estimés par les médecins, ne serait‐ce que parce qu’ils ne les ont jamais rencontrés) :

• une formalisation des diagnostics portés et du choix de la stratégie de soins ;

• la définition systématique de protocoles de soins résultant de l’analyse statistique du passé ;

• un suivi systématique, et systématiquement enregistré, de l’évolution de la maladie (données sur les médicaments pris, les paramètres biologiques, les constats des professionnels de santé...), qui permettra d’analyser ce qui fonctionne ou non, et de comprendre les éléments de contexte (autres médicaments...) influant sur le résultat ;

• un recueil systématique des opinions des patients post-hospitalisation.

Une telle évolution présuppose un grand débat national, dans

lequel les associations de patients auront un rôle très important à jouer, sur l’enregistrement et le partage des données de santé, pour rendre possible le travail sur la pertinence des diagnostics et l’efficacité des stratégies de soins sur la base de données anonymes.


POUR
CONTRE