Donner aux universités les moyens politiques et financiers de leur autonomie et de leur ambition
FRANCE 2022
2 VOTES • 1 VUES


– Remplacer l’actuel ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche par une instance stratégique en charge de la définition de grandes orientations auprès du Premier ministre et par une agence indépendante ayant pour mission de coordonner les universités et de mettre en œuvre un système véritablement incitatif d’allocation des moyens.

– Encourager les expérimentations de modes de gouvernance dans le sens d’une plus grande autonomie (notamment en ce qui concerne la composition du conseil d’administration, la désignation de ses membres et la nomination des professeurs). – Développer un système compétitif de financement de l’enseignement supérieur et de la recherche fondé sur l’évaluation de la performance des établissements.

– Faire rembourser a posteriori leurs études aux étudiants français diplômés de manière échelonnée et proportionnelle‐ ment au revenu.

– Mettre l’aide publique au logement des étudiants sans condition de ressources.

– Augmenter les frais de scolarité pour les étrangers. Les étrangers doutent de la qualité du système d’enseignement supérieur français si, facialement, il est évalué à un si bas prix, en comparaison avec les autres pays du monde. L’Espagne et l’Italie ont procédé à une telle augmentation : les frais de scolarité y sont désormais compris entre 1 000 et 5 000 euros, tandis qu’en France ils demeurent inférieurs à 1 000 euros. Les frais de scolarité pour les Français comme pour les étrangers devraient, en tout état de cause, être plus élevés au niveau master qu’à celui de la licence.


POUR
CONTRE