Réduction du temps de travail
Benoit Hamon
31 VOTES • 55 VUES


L’économie altruiste suppose également de repenser la place du travail dans la société

Travailler toujours plus ne peut pas être l’alpha et l’oméga de la vie, surtout que tous ne s’épanouissent pas au travail, et que le temps libre doit pouvoir demain permettre de se réaliser hors les murs du travail. C’est une leçon politique que j’ai apprise avec Michel Rocard.

Mais le travail c’est aussi ce qui apporte une forme de dignité, qui donne un sentiment d’utilité en contribuant au développement de la société et qui donne une identité, celle d’être un travailleur.

Quand le travail se raréfie du fait des progrès techniques, cela ne devrait pas un être un problème mais une opportunité.

Le grand mouvement séculaire de réduction du temps de travail doit reprendre, sous de multiples formes et s’adapter aux temps de la vie.

Qu’il s’agisse d’une semaine de 4 jours, de 32 h, d’un congé sabbatique, d’un congé parental allongé et partagé, les modalités sont nombreuses et doivent être négociées, dans l’intérêt des salariés, de l’emploi et des particularités de chaque branche.

L’important n’est pas d’être figé dans les modalités mais déterminé sur les principes.

Je n’oublie pas la nécessité de soutenir les formes nouvelles de travail comme les coopératives d’activité et d’emploi et la nécessité d’équiper en droit les travailleurs non salariés. Et puis la gauche doit se réapproprier la question de la santé et du bien être au travail, non pas en facilitant le licenciement ou en permettant la réduction des salaires par la réduction du tarif des heures supplémentaires -ce qui justifiera l’abrogation de la loi Travail- mais en reconnaissant le burn out comme maladie professionnelle et en rendant obligatoire le droit à la déconnexion.

http://www.benoithamon2017.fr/2016/08/29/discours-de-benoit-hamon-du-28-aout-2016-a-saint-denis/


POUR
CONTRE
Alain 15/09/2016
On propose et une fois élu, on oublie!!! C'est ça le PS!!!
1 0