La création d’un Revenu universel d’existence.
Benoit Hamon
52 VOTES • 175 VUES


Créer les bases d’une économie de l’altruisme, nous conduira immanquablement à devoir repenser la Protection sociale.

Le monde change à grande vitesse. Sous nos yeux se dessine la société de demain avec ses opportunités et ses menaces. Dans un futur proche, nous verrons se multiplier les voitures sans chauffeurs, les drones livreurs de colis. Je prends ces deux exemples car ils sont particulièrement évocateurs, mais c’est toute l’économie qui se trouve bouleversée par la révolution digitale et robotique. Irrémédiablement, de très nombreux emplois seront détruits et de nombreux métiers disparaîtront.

Alors que faire ?

Les conservateurs et les ultralibéraux vous diront qu’il faut « laisser faire », et que la « main invisible du marché » aboutira au meilleur des mondes, les emplois détruits seront recréés.

Je ne crois pas à cette fable. Notre génération de femmes et d’homme de gauche doit s’inspirer de celles et ceux qui ont su créer les congés payés, la Sécurité sociale ou le RMI, et tant autres progrès sociaux.

A notre tour d’innover et d’inventer le futur que nous voulons.

Partant du principe que nous sommes capables de produire de tout, avec de moins en moins de travail humain, permettant de subvenir largement aux besoins élémentaires de toute l’humanité, il nous reste à résoudre le problème crucial qu’est la répartition de ces richesses

Pour cela, je propose la création d’un Revenu universel d’existence.

Ce revenu universel d’existence serait versé à chaque citoyen français, sans condition de revenu. 500€, 750€, 1000€

Avec le revenu universel, nous changeons notre vision du travail. Toutes les activités humaines ne sont pas créatrices de valeur marchande et pourtant, elles ont de la valeur pour les citoyens. Quelle est la valeur produite par un entraîneur qui encadre les enfants tous les dimanches dans le club de foot de sa ville ? Quelle est la valeur d’un membre des petits frères des pauvres qui passe une partie de ses vacances avec des personnes âgées isolées ? Pour le marché, aucune. Car le marché ne met pas de prix sur ces actions bénévoles. Pourtant elles sont plus précieuses que nombre d’activités marchandes.

Avec le revenu universel, nous passons de la liberté formelle à la liberté réelle. Le revenu universel s’inscrit dans une logique de progrès social. Les socialistes ont toujours considérés le combat politique et les luttes sociales comme une marche vers l’émancipation. En déconnectant le revenu perçu du travail effectué et en desserrant la contrainte financière, le revenu universel permet à chacun de choisir pleinement l’activité qu’il souhaite exercer : le travail n’est plus un moyen, il devient une fin.

Avec le revenu universel, nous pouvons éradiquer la très grande pauvreté et sortir d’une logique d’assistance qui stigmatise les bénéficiaires de minimas sociaux.    

http://www.benoithamon2017.fr/2016/08/29/discours-de-benoit-hamon-du-28-aout-2016-a-saint-denis/


POUR
CONTRE
nicolas 10/10/2016
Et pourquoi pas les tickets de pain!
0 0
Alain Luc 29/09/2016
Question: qui va payer ? Avec la destruction de tout ce que nous connaissons, le travail, les emplois, la santé, l'agriculture, nous n'aurons pas les moyens de financer cette lubie. De toute façon que demande le peuple ? Juste les moyens de vivre normalement au travers de l'épanouissement humain par la famille, le travail, les loisirs, la vie quoi ! Personne ne souhaite être un assisté. C'était à vous les politiques d'organiser cela depuis la fin de la 2eme guerre mondiale ! Qu'avez vous fait: le contraire, juste pour le pognon et le pouvoir, par trahisons successives de ce pour quoi vous avez étés élus. Vous avez vendu la France à des puissances étrangère et vous vous soumettez à des maîtres que nous ne reconnaissons pas ! Avez vous entendu parler du programme du Comité National de la Résistance............Oust, du balais.
1 0
Guy de la Pétodière 25/09/2016
Chose curieuse, vous n'abordez pas la question du financement de cette mesure. Or vu que les états sont déjà incapables aujourd'hui de faire payer des impôts aux grandes entreprises, il va bien falloir trouver les ressources là où on en revient toujours en fin de compte : les PME et les classes moyennes. C'est inacceptable, car non seulement les PME et ménages sont à bout, mais comment voulez-vous que quelqu'un accepte dans ces conditions de se lever tous les matins pour aller travailler, en partie pour les autres donc, et voir son voisin se contenter de rester chez lui? Ces problèmes de fiscalité ramènent toujours à la question de la libre circulation des capitaux. Concernant la France, il nous est impossible de nous y opposer car nos dirigeants ont signé le traité de Lisbonne (que le peuple ne voulait pas) dans lequel l'article 63 instaure cette libre circulation. Et c'est cette libre circulation qui empêche une fiscalité juste du grand capital. Donc toutes ces mesures qui peuvent être tentantes ne seront de toute façon jamais applicables en l'état et donc on en revient toujours à une étape nécessaire et préalable à toute évolution positive pour le peuple : la sortie de l'UE! Que ceux qui s'imaginent qu'il suffit de renégocier les traités ne se fassent aucune illusion, çà n'arrivera jamais, car l'article 48 de ce même traité et là pour l'empêcher. Ce sont des faits incontournables, même s'ils sont durs à entendre. Que le peuple n'ait pas connaissance de cela peut se concevoir, mais que quelqu'un comme Mr Hamon ne le sache pas est inimaginable. Si vous voulez plus d'explications sur ces tristes réalités, allez donc voir ce que dit l'UPR. Il n'y a malheureusement aucun espace possible pour des idées de gauche dans le cadre de l'UE.
3 0
yannl 24/09/2016
ça existe déjà : ça s'appelle l'islam ...
0 0
Nicolas 09/09/2016
Idée séduisante mais qui demande à être développée pour la voir se concrétiser... Si on prend en compte le sommet de décembre 2015 sur l'écologie et les promesses faites de tous les états, l'évolution des technologies à venir qui creusera très certainement le chômage, il faudra possiblement en passer par là. Je trouve aberrant dans notre système que nous ne portions aucun crédit au travail non salarié (jardinage du dimanche, rénovation de son logement, aide associatif...etc.) qui pourtant contribue au développement économique. De plus, humainement, nous sommes la seule espèce qui n'a plus la capacité de survivre seule. Nous sommes devenus dépendants du carbone pour se nourrir, l'eau potable gratuite n'existe plus ou quasiment plus, ce qui est un non sens complet. Nous faisons des enfants, qui n'ont pas demandé à venir sur terre, pour leur imposer une pseudo servitude au droit à vivre...
0 0