Rééquilibrer l'ensemble du système et faire baisser les impôts ressentis
FRANCE 2022
17 VOTES • 17 VUES


A. Baisser l’imposition totale du travail


- Fêter le pas. age à la retenue de l’impôt sur le revenu à la source par un "jubilé fiscal".

Annoncer aux Français qu’il n’y aura pas d’impôt en 2018, l’année de la transition, sauf 10 % de flat tax sur l’exceptionnel. Cela ne coûterait rien, puisque l’État est éternel et a une comptabilité d’encaissement. Et cela constituerait un gigantesque coup de fouet à l’activité. Il faudra accepter que tout le monde optimise ses revenus en les augmentant lors de l’année "oubliée" ; plus de bonus, plus de dividendes exceptionnels versés, plus d’assurances-vie dénouées, plus de plus-values immobilières réalisées, plus de mobilité économique, plus d’entreprises vendues et de plus-values latentes réalisées.


Ce sera un vrai cadeau pour certains, en particulier pour les contribuables qui subissent une baisse significative de leurs revenus l’année de leur passage à la retraite.


Une seule exception : on appliquera une taxe forfaitaire sur tous les revenus supérieurs au revenu moyen des trois derniers exercices du même contribuable.


- Remplacer le quotient familial par une déduction égale pour tous et multiple du nombre d’enfants, la même pour chaque enfant et pour un coût budgétaire équivalent.


- Réduire les impôts et charges sur le revenu sur le bas et le milieu de barème. Il faut continuer à réduire les charges totales sur le travail pour les salaires les moins élevés, sans augmenter le SMIC net au-delà de l’inflation. La bosse de progressivité doit être lissée entre 1,5 et 3 SMIC. Le financement sera assuré par une hausse de la TVA évoquée plus loin.


B. Aménager la fiscalité de l’épargne et du capital


- Remplacer l’impôt sur la fortune par un impôt immobilier avec une exonération pour les petits et moyens patrimoines.


- Supprimer tous les avantages fiscaux de type successoral ou exonération d’IRPP sur tous les produits d’épargne (ex : assurance-vie) qui ne comprennent pas 5-10 9o de private equity et 0,5-1 % de capital-risque.


- Recentrer sur trois taux la fiscalité de l’épargne : autour de 20 % pour les livrets réglementés, plans épargne en actions (PEA), fonds communs de placement à risque (FCPR), lignes d’actions détenues en direct plus de huit ans, contrats

d’assurance-vie investis à plus de 50 % en unités de compte actions sur plus de huit ans; autour de 35 00 pour les CEL, PEL, assurance-vie en euros ou unités de compte-non actions après huit ans de détention ; au taux IR + CSG pour le reste.

- Exonérer davantage de droits les donations, pour permettre une transmission plus rapide des patrimoines.

C. Augmenter de deux points la TVA sur cinq ans répartis sur tous les taux, en compensant cela par une baisse équivalente évoquée plus haut des impôts sur le revenu et cotisations sociales.

D. Réduire le poids de l’impôt sur les sociétés d’environ un quart, pour rattraper nos voisins européens.


POUR
CONTRE
olivier duffau 10/10/2016
crapule : il nous a vendu EU en mentant effrontément !
0 0
yannl 24/09/2016
une seule règle valable avec Attali : faire le contraire de ce qu'il dit !
0 0