Assumer une doctrine d'emploi de la sécurité publique alliant proximité et intervention
FRANCE 2022
13 VOTES • 11 VUES


- Recréer une poliœ de proximité dans des zones de sécurité prioritaires, Une police de proximité, insérée dans la cité, est plus efficace qu’une police d’intervention, même si elle est à l’évidence plus coûteuse. Il ne s’agit pas de recréer à l'identique la police de proximité de la fin des années 1990. Il est nécessaire de la repenser pour désamorcer les critiques qu’elle a pu essuyer, notamment sur la polyvalence des policiers, à la fois en situation d’empathie et de sanction, ou encore sur les risques quant à leur propre sécurité.


- Augmenter la capacité, aujourd’hui limitée, des écoles de police et de gendarmerie.


- Les services administratifs supports (comptabilité, ressources humaines, gestion du parc immobilier, etc.) doivent être mutualisés entre la police et la gendarmerie afin d’augmenter leur efficacité et de dégager des marges de manœuvre budgétaire.


- Valoriser les métiers des forces de l’ordre. Faire en sorte que celles et ceux qui ont choisi cette voie se sentent motivés, encouragés et non délaissés. Le ministère de l’Intérieur et plus généralement le gouvernement doivent communiquer sur les actes héroïques et les valeurs de courage et de don de soi des forces de l’ordre.


- Améliorer la gestion des affectations des forces de l’ordre. Les jeunes policiers sont affectés dans les zones les plus difficiles d’Île-de-France, alors que ce sont les moins expérimentés. Il faut rompre avec cette logique et affecter les effectifs sur le territoire en prenant en considération l’expérience du terrain des agents.


- Créer au ministère de l’Intérieur une instance de réflexion et de prospective sur la doctrine d’emploi des forces de l’ordre et la politique de sécurité. À chaque décennie, les menaces sécuritaires changent. Le ministère de l’Intérieur n’est aujourd’hui pas doté d’un vrai centre de recherche et de prospective. Légaliser le cannabis, pour des raisons de sécurité.


- Légaliser le cannabis ferait sortir tout ce pan d’insécurité qui alimente la délinquance dans les quartiers. Sa légalisation ne représente pas un danger, et aurait pour effet de réduire substantiellement les réseaux de traffic de stupéfiants. Légaliser n’est pas cautionner : la consommation du cannabis est très dangereuse pour la santé physique et mentale. Au contraire. C’est contrôler. Éviter que des dealers harcèlent et traumatisent des jeunes tombés malgré eux dans ce poison. Éviter que des jeunes pensent que c’est par le deal qu’ils pourront se faire de l’argent rapidement et massivement. Éviter que les produits vendus, sans que leur qualité soit contrôlée, empoisonnent encore davantage les consommateurs.


- Imposer dans les auto-écoles un stage de sensibilisation à la consommation excessive d’alcool.


POUR
CONTRE