Partager les richesses et abolir l'insécurité sociale
Jean-Luc Mélenchon
287 VOTES • 547 VUES


- Rétablissement des 35 heures
- Droit à la retraite à 60 ans à taux plein
- Smic à 1 700 euros brut par mois pour 35 heures
- Instauration d’un salaire maximum pour toutes les entreprises
- Augmentation immédiate des bourses d’études, élargissement des droits sociaux aux jeunes majeurs
- Convocation d’assemblées régionales et nationale pour l’emploi, les qualifications et les salaires Remboursement à 100% des dépenses de santé Abrogation de la loi Molle sur le logement
- Blocage des loyers
- Revenu maximum fixé à 360 000 euros par an
- Arrêt de la RGPP
- Abrogation de la réforme hospitalière, réintroduction des élections paritaires dans les caisses de gestion de la Sécurité sociale
- Mesures immédiates contre la précarité et titularisation des 800 000 précaires de la fonction publique
- Smic à 1 700 euros net par mois pendant la législature Refonte du Code du travail pour abolir la précarité et établir l’égalité femmes-hommes
- Mise en chantier d’un système de sécurité, d’emploi et de formation pour tous
- Mise en place d’un statut social pour tous les jeunes permettant leur autonomie
- Création d’un pôle public du médicament


POUR
CONTRE
laurent 11/12/2016
C'est bien beau tout ça, masi mettre le smic à 1700 € brut va aller de paire avec une augmentation des salaires intermédiaires pour que les tech sup qui gagnent un peu plus que le smic ne se sentent pas un peu laissés pour compte? Ensuite, le blocage des loyers c'est bien beau aussi, mais cela ne concerne pas uniquement les gens riches. Un héritage par exemple. Ainsi, un blocage des loyers avec par exemple des frais d'entretien qui eux augmentent, parce qu'on ne peut pas non plus bloquer l'inflation et l'augmentation des pièces et main d'oeuvre, ça entraie quoi pour les propriétaires?
0 0
John 19/11/2016
Super programme d'enfumage. Voir les commentaires d'Eic et Alain...
0 0
Alain 03/11/2016
Tout cela est bien joli mais comporte juste "un petit défaut": l'UE et ses traités non négociables. Fermez le ban.
0 0
nicolas 10/10/2016
Quel champion! Et moi je propose qu'on soit tous beaux, polis et milliardaires...dans le cadre de l'union européenne bien sûr. Encore un qui nous fait un programme de délégué de classe...allez niveau CM2, soyons généreux. Pas une ligne du programme n'est compatible avec les traités européens que Mémel se refuse à dénoncer juridiquement. Quand je pense qu'il va gesticuler et, à 20h30 le soir du premier tour, appeler à voter Macron, Hollande ou n'importe lequel tant que c'est le guignol estampillé "PS"...
0 0
Eric 04/10/2016
sans sortir de l'u.e de l'euro de l'otan tous ses rêves sont impossibles Et le correcteur arrête de me saouler je n'écrirais jamais le nom d'un assassin : otan avec une majuscule !!! je sait que c'est automatique mais je voulais le dire ! UPR seule solution
0 1
ben 25/09/2016
encore de l'esbroufe… aucune stratégie véritable, aucun moyen d'action exposé, aucune échéance ; c'est du vent. On fait croire au miracle. Regardons le bel exemple de Syriza, ça a bien marché le poing sur la table.
1 0
UPR_Seineetmarne 25/09/2016
Sans sortie de l'UE, il est impossible de voter son budget et sans sortie de l'euro, il est impossible de piloter son économie ! Moi je vote Asselineau en 2017. Plus d'infos sur UPR.fr
1 0
yannl 24/09/2016
oui oui ... moi aussi je me suis drogué dans ma jeunesse mais ça se soigne très bien M Mélenchon ! bon courage !
0 0
Eric 24/09/2016
Contre car c'est inapplicable (à cause des traités européen) et comme il le sait ces propositions sont de fallacieuses. Et ont pour seul but l'adhésion électoral. C'est malhonnête.
1 0
Guy de la Pétodière 23/09/2016
Romain, à moi de vous contredire. Les GOPE sont émises chaque années et se réfèrent à l'article 121 du TFUE. Dans cet article on peut lire : 1. Les États membres considèrent leurs politiques économiques comme une question d'intérêt commun et les coordonnent au sein du Conseil, conformément à l'article 120. 2. Le Conseil, sur recommandation de la Commission, élabore un projet pour les grandes orien­tations des politiques économiques des États membres et de l'Union et en fait rapport au Conseil européen. Le Conseil européen, sur la base du rapport du Conseil, débat d'une conclusion sur les grandes orientations des politiques économiques des États membres et de l'Union. Sur la base de cette conclusion, le Conseil adopte une recommandation fixant ces grandes orienta­tions. Le Conseil informe le Parlement européen de sa recommandation. 3. Afin d'assurer une coordination plus étroite des politiques économiques et une convergence soutenue des performances économiques des États membres, le Conseil, sur la base de rapports présentés par la Commission, surveille l'évolution économique dans chacun des États membres et dans l'Union, ainsi que la conformité des politiques économiques avec les grandes orientations visées au paragraphe 2, et procède régulièrement à une évaluation d'ensemble. Pour les besoins de cette surveillance multilatérale, les États membres transmettent à la Commission des informations sur les mesures importantes qu'ils ont prises dans le domaine de leur politique économique et toute autre information qu'ils jugent nécessaire. 4. Lorsqu'il est constaté, dans le cadre de la procédure visée au paragraphe 3, que les politiques économiques d'un État membre ne sont pas conformes aux grandes orientations visées au paragraphe 2 ou qu'elles risquent de compromettre le bon fonctionnement de l'Union économique et monétaire, la Commission peut adresser un avertissement à l'État membre concerné.... Lorsqu'il est évoqué "les États membres transmettent à la Commission des informations sur les mesures importantes qu'ils ont prises", il s'agit du document "programme des réformes" émis annuelement par le cabinet du 1° ministre à l'attention de la commission. Voir par exemple http://ec.europa.eu/europe2020/pdf/csr2015/nrp2015_france_fr.pdf : page 160 et sup. la synthèse des réformes mises en place pour 2015 Pour 2016, Page 131 et sup. de http://www.economie.gouv.fr/files/files/PDF/PNR2016-integral-francais.pdf par exempe page 135 on retrouve la loi travail, démonstration qu'elle est une réponse aux demandes de BRUXELLES... Donc tout ce que nous raconte Melenchon est bien joli, mais en fait c'est du pipeau, car c'est CONTRAIRE AUX TRAITES EUROPEENS! C'est malheureusement un fait.
4 0
Romain 23/09/2016
Fernand. Je mets un bémol sur les GOPE. Dans l ordre ç est le pays qui inscrit des réformes et ensuite transmet au gourou Europe puis l Europe integre cela dans les CoPé (sûrement avec plus de chaine). Voilà sur le papier le vrai chemin des GOPE. Je ne sais pas si en réalité les pays ont une pression avant des transmettre les orientations (YouTube Arte Desintox reportage de 1m50 sur les Gope)
0 0
Fernand 12/09/2016
Mouai, sauf qu'en restant dans l'UE c'est impossible puisque les politiques nationales des pays ligotés par les GOPE n'ont plus d'autonomie... voir la déclaration de la commissaire Vivianne Reding devant nos parlementaires "il n'y a plus de politiques nationales" (disponible sur youtube)
4 0
sébastien 11/09/2016
il faut aller beaucoup plus loin avec le salaire à vie proposé par le réseau salariat
0 1
Dominique ROUX 11/09/2016
Monsieur Melenchon, ou le Tsipras français. Complice de l'oligarchie euro-atlantiste non élue qui a confisqué la démocratie au peuple de France. Je vote donc contre chacune des propositions bidon de JLM. https://www.upr.fr/actualite/france/retour-sur-une-escroquerie-politique-celui-qui-promet-constamment-on-lache-rien-a-justement-tout-lache-au-soir-du-1er-tour-de-la-presidentielle
2 1
Patrice 10/09/2016
Durée de travail et age de la retraite choisie avec les 35 h et 60 ans comme référence.
0 0
Patrice 10/09/2016
En plus, fin des CDD. Création d'un CDI flexible incluant la formation,les indemnités chômage, les salaires. La rémunération de ce CDI ne peut être inférieur au dernier salaire. Décloisonnement des ministères. Chaque travailleur doit pouvoir exercer sa qualification dans n'importe lequel.
0 0
Leonardo 10/09/2016
Plutôt que de fixer une durée du travail à 35H il serait plus judicieux d'avoir une durée flottante calculée sur le nombre d'heures à produire divisé par le nombre de personnes disponibles pour cette production, on obtient ainsi un plein emploi permanent quelles que soient les fluctuations de la quantité de travail à produire. Ainsi, si la demande augmente grâce à l'augmentation du pouvoir d'achat le nombre d'heures à travailler pour chacun pourra augmenter et inversement si la demande diminue. Plus de chômage et plus de cotisations de chômage. Bien sûr, l'ajustement ne peut se faire au jour le jour, la périodicité d'ajustement resterait à définir.
0 0
René 09/09/2016
Il n'y a pas de périmètre du service marchand. Un salaire minimum sans parler du temps partiel subit n'a pas de sens. Un salaire minimum d'existence associé à des heures de solidarité, sauf pour les étudiants et les retraités, me paraît plus cohérent.
0 0
Samuel 09/09/2016
Le SMIC à 1700€ apparait 2 fois. Ces propositions sont bonnes mais insuffisantes, il faut aller plus loin avec le salaire à vie décrit par Friot.
2 0
Jean-Marc MILHAUD 09/09/2016
La relance de l'économie par l'accroissement de l'offre ne fonctionne plus... L'autre levier est la demande donc stimulons la demande...
1 0
franck milo 09/09/2016
et supprimer les stages gratuits ! du lycée à l'université. tout travail mérite salaire !
2 0